Merveilleuse description de l’Ourthe par l’écrivain René Henoumont

Un oiseau pour le chat

René Henoumont

Voici un extrait du livre de René Henoumont: Un oiseau pour le chat.  Il y fait une merveilleuse description de la rivière qui entoure le village de Grandhan.

Pouvez-vous imaginer l’Ourthe fleurie d’un tapis de renoncules:  rivière et jardin tout à la fois?  Son odeur, je la reconnaîtrais entre mille autres.  Chaque rivière a la sienne,   mais celle de l’Ourthe, menthe froissée et gravillon de rave, racine rouge de l’osier, boue bleue amenée par le Néblon, schiste de l’Aine, voilà l’Ourthe qui me monte au nez, l’Ourthe où je me plonge , l’Ourthe qui m’aveugle  de ses midis brûlant, l’Ourthe qui charrie le soleil de la dure Ardenne jusqu’aux miroirs tendres du Condroz liègeois.

L’Ourthe, rivière d’azur, plus bleue que l’aile de la libellule et du martin pêcheur, comme je l’ai adorée encore enfant et jusqu’à l’âge d’homme où  il m’arrivait de ne point dormir pour mieux aimer ses aubes roses et de ne point me coucher pour me perdre dans ses brumes grises…

 

, , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,
Article précédent
Esclave de l’objet
Article suivant
Conte philosophique. Le retour de l’ancien au village de Grandhan

Articles liés

Menu